La Butinière, Anne de Joyeuse, Limoux

12,40 TVAC

4 en stock (peut être commandé)

Catégorie : Étiquettes : , , , ,

Description

France, AOC Limoux, Anne de Joyeuse, La Butinière

100% Chardonnay

VIGNOBLE

«La Butinière Chardonnay», est une cuvée de sélections parcellaires.
A l’Ouest, l’influence océanique et ses terrasses argilo-calcaires amène l’élégance.
Au Nord-Est, la dominante méditerranéenne et ses sols argilo-limoneux donnent le fruit, la puissance.
Au Sud, la Haute Vallée de l’Aude et son climat pyrénéen transmet toute sa fraicheur.
Ces conditions exceptionnelles associées à un travail soigné et de petits rendements permettent d’obtenir les meilleurs raisins pour l’obtention de ce vin unique.

VINIFICATION

Tous les raisins sont vendangés à la main, triés sur tapis pour ne presser que les meilleurs grains.
Le moût est alors mis en fût de chêne Français pour y accomplir sa fermentation.
Un bâtonnage quotidien permettra de «nourrir» le vin qui sera ensuite élevé en barrique durant 8 à 9 mois.

DEGUSTATION

Robe jaune aux reflets d’or, arômes de fruits confits (abricots), de pêche blanche et de pamplemousse qui se dévoilent en bouche dans un bel équilibre pour évoluer vers une finale minérale, avec des notes fondues de miel légèrement vanillées et beaucoup de longueur.

ACCORDS METS VIN

Cette AOP Limoux Blanc accompagnera avec classe des coquilles Saint Jacques à l’étuvée, des gambas à la plancha, des filets de soles roulés aux cèpes, un poulet aux écrevisses ou encore une côte de veau aux morilles. Servir à 12°C

LE DOMAINE

Anne de Joyeuse est une marque, un nom donné à un groupement de vignerons qui, en 1929, décide de mutualiser leurs outils et leur savoir-faire pour créer un chai de vinification et de commercialisation des vins rouges de la haute vallée de l’Aude. Les blancs viendront plus tard.
Ils choisissent le nom Anne de Joyeuse en hommage au Duc de Joyeuse, qui fût le premier à faire rayonner la région à la cour du roi Henri III.
En échange de ses loyaux services, le roi lui offre la Seigneurie et les terres de Limoux.

Dès 1972, ils décident de planter Merlot, Cabernet-Sauvignon, Cabernet -Franc, Malbec pour les cépages rouges, Chardonnay et Sauvignon pour les cépages blancs.
Ces variétés parfaitement adaptées au terroir de Limoux, bénéficient du croisement des influences des quatre terroirs: Méditerranéen, Océanique, Pyrénéen et Autan.

Rendre à la terre toute sa générosité.

Cela fait plus de 25 ans qu’Anne de Joyeuse a fait le choix de s’engager dans une démarche environnementale qui s’est renforcée en 2007 par la création de Protect Planet, une charte de développement durable déployée auprès de tous les coopérateurs dans le but de les accompagner vers une viticulture responsable.
Protect Planet est une philosophie de travail qui se traduit par une équipe de techniciens experts dédiée aux vignerons, l’obtention de labels environnementaux reconnus (Bio, HVE) et la mise en place d’une production responsable.

Les manières culturales contribuent à la préservation de la biodiversité et au respect du vignoble.

  • Fertilisation raisonnée, enherbement des chemins freinant l’érosion due aux pluies d’orage de plus en plus fréquentes et favorisant une meilleure infiltration de l’eau nourricière de la vigne,
  • Mise en valeur des haies, véritables couloirs écologiques pour la circulation de la faune,
  • Travail du sol (maintien du couvert végétal pendant l’hiver, labour de printemps) pour le faire respirer et permettre aux racines de se développer pour bien nourrir la plante.

Les vignerons d’ANNE DE JOYEUSE cultivent des terres composées de vignes, de garrigues et de haies qui hébergent une vie abondante et variée. Grâce à cet investissement quotidien, la faune et la flore ne cessent de se développer. Le maintien du couvert végétal permet de voir fleurir des espèces jusqu’à présent disparues (coquelicots, orchidées…). Les insectes (abeilles, coccinelles…) sont de retour et les oiseaux se reproduisent dans les vignes.
Cette philosophie se poursuit à tous les stades de l’élaboration du vin. Aucun rejet ne se fait sans dépollution. La protection de l’environnement passe par une approche globale. Elle ne se limite pas à la mesure de l’impact des traitements, elle prend en compte aussi l’utilisation de l’eau, la pollution de l’air (utilisation minimum des machines agricoles), les économies d’énergie, etc…

Vous aimerez peut-être aussi…