Offre de fin d’année 2021

Le moment est venu de s’intéresser aux vins qui accompagneront les repas de fin d’année.

Comme chaque année à pareille époque, la cave de Bacchus vous accompagne dans le choix de vos cuvées festives.
Nous vous proposons donc notre sélection de vins qu’il vous est possible de commander (dans les limites du stock disponible). Veuillez trouver ci-dessous des propositions de vins en accords avec votre menu.

Vins effervescents

Parce qu’il n’y a pas de fête sans bulles, voici notre proposition de Prosecco, Cava, Crémant, Champagne ET vin mousseux de qualité.

Le Ruffus est (déjà) en rupture de stock, preuve incontestable de son succès. Merci de votre compréhension.

Entrées froides

Huitres & Fruits de mer

Les fruits de mer et les huitres requièrent un vin vif (tension acide) emprunt de minéralité pour sublimer le côté iodé de ces produits nobles.
Aussi, voici une sélection de vins tranquilles et effervescents dans cette optique.

Poisson fumé

Le poisson fumé à chair grasse comme le saumon ou l’elbot demande un vin vif, sur la fraîcheur (acidité) avec un profil axé sur l’empyreumatique.
En Alsace (par exemple), le Riesling répond parfaitement à ce critère.

Saint-Jacques ou Homard (belle-vue)

Pour les carpaccio et tartare de saint-jacques ou le homard en belle-vue, le cépage Bronner de la cuvée Mossiat du Château de Bioul sera d’une élégance sans conteste.

Poisson ou viande cru.e

Carpaccio de poisson cru (non fumé), plateau de sushi/maki, salade océane, terrine/mousseline de poisson, cet assemblage de riesling/chardonnay de Jeff Carrel fera effet sans grever le portefeuille.
S’il vous prend l’envie de préparer un tartare de boeuf surmonté de caviar (ou d’oeufs de lompe – money money money), ce vineux pinot noir en méthode traditionnelle bénéficiant d’un temps de vieillissement sur lattes prolongé est votre meilleur ami.

Foie gras

Pour accompagner le foie gras, cuit au torchon ou en terrine, servi en tranche avec un toast ou pain brioché, je déconseille un vin blanc trop sucré car c’est assez lourd pour les papilles et mettra en péril la suite de votre repas (évolution du sucre). Le compagnon idéal à mes yeux est le Pinot gris, à la fois puissant sur le plan aromatique, riche pour tenir tête sur la texture et frais pour rincer les papilles. Un bon équilibre sucre/acidité est l’objectif de cette proposition. Vous trouverez un autre point d’ancrage possible avec ce Champagne millésimé, après tout, c’est la fête.

Entrées chaudes

Saint-Jacques

Pour accompagner vos noix de St-jacques, je vous propose par exemple ce vin belge à base de Solaris/Muscaris, complexe et raffiné. Un classique mais une valeur sûre, un chenin de Loire sur la minéralité.
Ou encore de surprendre vos invités avec ces assemblages du Liban:
Viognier, Muscat à pt grain, Sauvignon, Bourboulenc ou Sémillon.

Homard

Pour accompagner votre homard (en nage aux petits légumes ou grillé aïl & fines herbes), je vous propose un superbe un chardonnay vif, ronds et élégants du Jura, du sud de la Bourgogne ou de Bulgarie.

Foie gras poêlé

Pour accompagner votre foie gras poêlé, je vous propose un Gewurztraminer sud-africain de Paul Cluver (district Elgin). L’aromatique du gewurztraminer mais vinifié en sec (sans ce côté sucre résiduel parfois dérangeant en Alsace).

Volaille & Viande blanche

La traditionnelle dinde…

Selon que vous préférez accompagner votre dinde de vin blanc ou rouge, voici quelques possibilités:
Très bel assemblage Chardonnay/Viognier du Comté tolosan (JL Baldès), ce Chardonnay singulier de Jeff Carrel ou en appellation Limoux chez Anne de Joyeuse. Ou encore cet assemblage du Liban au domaine Ksara (Sauvignon/Chardonnay/Sémillon), au rapport Q/P intéressant.
En rouge, un Pinot noir aux tannins soyeux et très bien vinifié.

Les cailles

Un step au-dessus au niveau de la finesse et puissance de la chair en bouche, idem, selon vos préférences d’accompagnement et façon de cuisiner les cailles, voici quelques possibilités.
Caille au foie gras/abricots/épices douces (par exemple): Pinot gris ou assemblage Chardonnay/Viognier du sud-ouest (Clos triguedina).
Caille aux champignons/potimaron/lardé..: Monogram (chardonnay bulgare), Vouvray Brut Antique (vineux, évolué)
Caille aux raisins/fruits exotiques..: cap sur le sud-ouest de la France avec ce vin de Gaillac à base du cépage autochtone, le Len de L’el (loin de l’oeil)
Caille lardée de canard/figues/…: Pinot noir d’Alsace de la maison Barmès-Buecher

Le gibier à plumes

Pour la chair délicate du pigeonneau ou des aiguillettes de canard/champignons/truffe, je vous propose, chez Xavier Vignon ces Vacqueyras (2019 ou 2015).
Le canard sauvage trouvera comme compagnon ce beau Cahors Probus vinifié par le Pape du Malbec.
Pour le faisan, à chair plus ferme, ce Cairanne Tempérance issu à 90% de vieille vigne de grenache.

Les viandes rouges

S’il vous prend l’envie (et pourquoi pas) de faire une fondue bourguignonne, parce que c’est gourmand, convivial et parce que (après tout), c’est vous l’ chef, les vins de Jeff Carrel vous apporteront plaisir sans trop débourser.
A ne pas négliger non plus, ce Côtes de Bordeaux au rapport Prix/plaisir attractif et l’incontournable Grand Vin de Reignac au rapport Q/P imbattable.
Pour de l’agneau en croute (par exemple), ce côtes catalanes de Molin’Agly fera sensation (ce sont nos dernières bouteilles).

Le gibier à poils

Pour le plus noble des cervidés, le roi de nos forêts, le chevreuil (gigue aux airelles, sauce grand veneur, ..) ou encore des pavés de biche, je vous propose ce majestueux Châteauneuf du Pape de Xavier Vignon.
Pour celles et ceux qui recherchent un vin déjà évolué (notes tertiaires de cuir, d’animal), la cuvée du Château St-Thomas pourra vous séduire à moindre coût.
Déjà testé en table d’hôtes, le pavé de biche Rossini (surmonté de foie gras/râpé de truffe) pointera également comme comparse ce beau Languedoc Grès de Montpelier de notre fidèle Château Saint-Martin de la Garrigue.
Le lièvre trouvera également sous cette catégorie un accord de choix.

Le gibier en sauce/mijoté

A l’occasion des fêtes, pour profiter de la présence de la famille et des invités, on est parfois tenté de préparer à l’avance (et même la veille), un plat mijoté, genre civet de biche ou de marcassin. Un classique accompagné de croquettes/pommes dauphines, poire pochée/fruits acidulés et sauce brune, agrémentée en cacao et/ou fruits noirs, …
Ce genre de plat riche, d’hiver, avec une viande dont la texture demande de la mâche, ne demande pas un vin spécialement « élégant » mais un vin puissant, riche en alcool et en fraîcheur (acidité) comme on peut les trouver dans le sud-ouest. Aussi, je vous propose ce fabuleux Cahors de Jean-Luc Baldès.
La cuvée libanaise, évoluée à souhait, apportera de l’exotisme et de l’originalité tout en respectant les codes de la bouche.
Le Châteauneuf-du-Pape (millésime 2012) vous emmènera au ciel avant de sonner minuit !

Desserts aux fruits rouges

Pour les desserts glace/sorbet/gâteaux aux fruits rouges, on n’ira pas par quatre chemins, un Gamay effervescent fait toujours mouche (Bulles roses en Beaujolais). Pour les amateurs de bulles moins sucrées, ce Champagne Brut rosé ponctuera votre repas de la meilleure des façons.

Desserts fruits blancs et au chocolat

Pour les desserts à fruits blancs, le Vouvray moelleux ou Muscat de Beaumes de Venise sont des atouts sûrs.
Le chocolat aura comme intime associé cette Grenache mutée de la vallée du Rhône (Rasteau VDN). C’est le meilleur rapport prix/plaisir que vous pourrez trouver.
Si le chocolat est associé à des fruits (rouges/noirs) cuisinés, je vous conseille cet impressionnant Malbec muté du sud-ouest (JL Baldès once again).
La buche ou gâteau au chocolat pourra également être apprécié avec ce Porto.
A défaut, le vin rouge souple qui vous aura plu avec le plat de gibier en sauce brune.